top of page

Jacques Aschenbroich, « pont » entre les deux rives de l’Atlantique

5 décembre 2023

Carole Bellemare

Photo : DR

Le président d’Orange va présider la French-American Foundation

La soirée de gala annuel qui s’est tenue lundi au Château de Versailles avec le soutien de Lazard  a marqué la fin du quinquennat d’Alain Papiasse (BNP Paribas)  à la tête  de la French-American Foundation, et le passage de témoin  à son successeur, Jacques Aschenbroich. Choisi par le conseil d’administration, le président d’Orange prendra sa casquette de président  en janvier. 


L’influente  French-American Foundation France (et sa soeur aux États-Unis ) a été créée en 1976 par les présidents français Valéry Giscard d’Estaing et américain Gerald Ford  pour encourager la compréhension mutuelle et l’existence de relations amicales entre la France et les États-Unis.

Cette soirée était une illustration des liens forts  qui unissent nos deux pays. Les hymnes nationaux américain et français ont résonné avec une ferveur particulière dans la Galerie des Batailles qui accueillait pour l’occasion  700 personnalités françaises et américaines, dont l’ambassadrice des États-Unis Denise Bauer, Catherine Pégard et les anciens présidents Jean-Luc Allavena (aujourd’hui président d’honneur) et son  successeur Arnaud de Puyfontaine.


Homme rare, en invité d’honneur de la soirée, Bernard Arnault, le patron de LVMH à la success story très américaine, a prononcé un discours (en anglais, puis en français) très remarqué où il a rappelé combien son groupe, qui y est très présent, a contribué  au renforcement des liens avec les États-Unis . Il a noté aussi, non sans humour, que le vin était à l’origine de cette amitié transatlantique... Lui-même a vécu à New York où ses deux ainés, Antoine et Delphine, ont été scolarisés. Ces derniers assistaient à la soirée, tout comme leurs trois-demi-frères, également présents. Le numéro un mondial du luxe, qui s’est illustré récemment en inaugurant  un spectaculaire flagship du joailler Tiffany sur la 5 ème avenue, a montré un attachement particulier au pays de l’Oncle Sam.


Des Young Leaders comme Emmanuel Macron ou Thomas Pesquet


De son côté, le nouvel homme fort Jacques Aschenbroich n’a pas caché son enthousiasme à l’idée de continuer à faire rayonner la French-American Foundation. « L’important n’est pas seulement ce qui a été fait, c’est ce qu’on va  faire », a-t-il glissé. Tout en soulignant le rôle de ses prédécesseurs  « qui, dans un contexte sanitaire et géopolitique incertain, ont toujours su conforter la pertinence de nos engagements et de nos programmes».


Sous la houlette de la déléguée générale Amina Sabeur, de nombreux programmes et événements ont permis de réunir plusieurs milliers de participants de tous horizons. Avec au coeur, le programme pionnier de leadership, Young Leaders, trés prisé, qui distingue les jeune professionnels aux accomplissements remarquables dans tous les secteurs. C’est aujourd’hui un "club” de 600 alumnis au nombre desquels Bill et Hillary Clinton, Emmanuel Macron, Édouard Philippe, Christine Ockrent, Antony Blinken, Thomas Pesquet, Frédéric Mazzella... «Les Young Leaders, c’est le sel et la colonne vértébrale de la French-American  Foundation», a lancé Jacques Aschenbroich.


Cet ingénieur des Mines a accompli un parcours professionnel très riche dans de grands groupes internationaux comme Saint-Gobain, Valeo et plus récemment Orange, qui lui a permis de développer un lien personnel et professionnel particulier aux États-Unis.  Il y a notamment dirigé les opérations de Saint-Gobain avant de devenir délégué général du groupe pour les États-Unis et le Canada.

« J’ai un peu plus de temps aujourd’hui », fait valoir  le successeur d’Alain Papiasse qui compte s’investir pleinement dans sa nouvelle mission. Même si, outre la présidence d’Orange, cet homme affable  et influent de 69 ans  a pris d’autres casquettes : président de l’EcoleMines Paritech, administrateur et président du comité de gouvernance de BNP Paribas, administrateur référent de TotalEnergies et  co-président du Club d’affaires franco-japonais.

Derniers articles

Le départ de Françoise Hardy ou le retour à la raison

Pierre Tarrade , un "patron" responsable et novateur pour les notaires parisiens

Cyrille Vigneron, mentor des femmes du monde à impact

Virginie Courtin, la force de la nature chez Clarins

Pierre Anjolras, futur visage du Cac 40

bottom of page