top of page

Une portion de Tour d’Argent chez soi

9 janvier 2024

Carole Bellemare

Photo : DR

Le célèbre restaurant met en vente chez Artcurial une partie de son patrimoine

A défaut de pouvoir s’offrir, moyennant plusieurs centaines d’euros, un repas gastronomique à la célèbre Tour d’Argent - temps fort mais fugitif finalement, les amoureux du patrimoine des arts de la table vont pouvoir faire rentrer chez eux et posséder quelques pièces historiques du célèbre restaurant toisant Notre-Dame.


Après avoir offert un lifting conséquent à l’affaire familiale, travaux pharaoniques à la clé , l’héritier André Terrail (portant le prénom de son grand-père qui l’avait racheté en 1911) qui a rouvert avec succès l’institution du Quai de La Tournelle en août dernier, va plus loin en confiant à Artcurial la vente d’une sélection historique d’arts de la table et mobiliers de ce monument de la gastronomie mondiale , symbole de l’art de vivre à la française. Il sera ainsi possible de s’offrir un morceau de son patrimoine ciselé au fil de trois générations.


Du 12 au 19 janvier, via cette vente, en ligne exclusivement, seront ainsi célébrés dans une philosophie de transmission chère à la famille, les savoir-faire séculaires français des Maisons Christofle, Baccarat ou Saint-Louis. « Témoignages des époques passées à conjuguer au futur », collectionneurs , fins gourmets ou simples prticuliers se verront proposer quelques 320 lots, pièces en porcelaine, cristal ou métal argenté, collections de canards, emblèmes de La Tour, ou encore collections de verres et d’assiettes.


La vacation présente ainsi de nombreux objets et mobiliers ayant ponctué à chaque service l’expérience Tour d’Argent, mais aussi rythmé la vie de la famille dans cet immeuble chargé d’histoire, du rez-de-chaussée à l’illustre 6éme étage avec vue. Une vente « témoin d’un passé patrimonial et émotionnel, à l’image de ces boiseries en chêne massif de style Louis XV qui ont vu défiler anonymes et grands de ce monde», fait valoir Artcurial qui s’attend à un gros succès. Les ventes de pièces du patrimoine de grands établissements parisiens (George V, Ritz, Lutetia...) ont toujours attisé les convoitises de clients internationaux notamment, en quête d’objets de légende, symboles du prestigieux Paris.

Derniers articles

Le départ de Françoise Hardy ou le retour à la raison

Pierre Tarrade , un "patron" responsable et novateur pour les notaires parisiens

Cyrille Vigneron, mentor des femmes du monde à impact

Virginie Courtin, la force de la nature chez Clarins

Pierre Anjolras, futur visage du Cac 40

bottom of page