top of page

Pierre Anjolras, futur visage du Cac 40

13 mai 2024

Carole Bellemare

Photo : DR

Le « M. Construction » succédera à Xavier Huillard chez Vinci

Il  est X-Ponts, est  issu de la construction, est passé par différents métiers du groupe et est doté d’un certain charisme, comme son père spirituel... Le nom de Pierre Anjolras , au profil assez similiaire de celui Xavier Huillard, n’a pas eu de mal à faire l’unanimité au sein du conseil d’administration de Vinci. 


La chasse de tête lancée en interne comme à l’externe pour « élire » le futur homme fort aura été menée à bien plus rapidement que prévu, visiblement. Après un certain suspens, c’est donc le nom de ce fidèle du groupe et du PDG qui est sorti du chapeau pour prendre l’an prochain les rênes du géant du BTP et des concessions. 


Sa mise sur orbite se traduit à effet immédiat par la création d’un fauteuil  de directeur général opérationnel , où il sera « rattaché à Xavier Huillard » et aura pour mission de « superviser les activités opérationnelles du groupe dans ses différents secteurs d’activité ». Une sorte de pilotage en double commande aux côtés du big boss , âgé  de 69 ans, qui ne demeurera plus « que » président à l’assemblée générale de 2025.


Une révélation, car s’il est une figure du sérail, Pierre Anjolras est peu connu de la scène médiatique, et rapidement, comme futur DG du géant du CAC 40 , il devra s’accommoder de cette nouvelle surexposition.

 

 Physique d’acteur américain, cet homme discret de 58 ans qui dirigeait précédemment la branche construction est un pur produit maison. Il affiche un parcours sans faute dans le métier. Entré chez Vinci en 1999  comme  directeur général de Sogea Sud-ouest, il a rapidement fait ses preuves. En 2004, il devenait directeur d’exploitation de Cofiroute et trois plus tard prenait le volant  d’ASF, réunissant les deux réseaux de Vinci Autoroutes. La route restera son tropisme quand en 2010 il change encore de braquet pour devenir directeur général délégué en charge de l’international et des partenariats publics-privés d’Eurovia, puis  PDG. Nous sommes  en 2014 , l’année où il fait son entrée au comité exécutif de Vinci.


Nouvelle marche ensuite vers les cîmes?  Il y a trois ans, Xavier Huillard  confiait à son poulain la présidence de Vinci Construction, le coeur historique du groupe. Tout un symbole. Là, Anjolras  imprime encore sa marque en réorganisant et en consolidant  une activité quelque peu à la peine avec notamment la crise de la construction neuve en France, mais représentant la moitié de la taille du groupe.  


A travers les quelques interviews qu’il a données, le natif de Thonon-les -Bains apparait comme un homme de bon sens, chaleureux, aimant le terrain et les équipes, et heureux d’évoluer dans un secteur au plus près des besoins de la société. Des qualités  qui serviront le futur patron du groupe de plus de 70 milliards de chiffre d’affaires et de 280 000 personnes dans 120 pays, aujourd’hui largement diversifié, dans l’énergie notamment  . Outre la crise de la construction neuve,  en « futur nouveau patron »  il devra gérer d’autres dossiers sensibles  comme le conflit avec le gouvernement sur la surtaxe des autoroutes ou, à plus long terme, la fin des concessions autoroutières.

Derniers articles

Le départ de Françoise Hardy ou le retour à la raison

Pierre Tarrade , un "patron" responsable et novateur pour les notaires parisiens

Cyrille Vigneron, mentor des femmes du monde à impact

Virginie Courtin, la force de la nature chez Clarins

Pierre Anjolras, futur visage du Cac 40

bottom of page