top of page

Performance, responsabilité, famille : les mantras de Bernard Arnault

24 avril 2024

Carole Bellemare

Photo : DR

A l’AG de LVMH, le tycoon du luxe s’est attaché à donner au groupe un visage humain et solidaire. 

C’est particulièrement en forme que Bernard Arnault a tenu son assemblée générale annuelle devant quelques 1500 actionnaires individuels, visiblement satisfaits d’avoir misé sur la valeur LVMH. L’an dernier, le numéro un mondial du luxe a de nouveau enregistré une croissance record avec plus de 86,2 milliards de chiffre d’affaires, avec à la clé un bond du bénéfice et du cours de bourse. Malgré un contexte géopolitique et économique incertain, le grand PDG du Cac 40 s’est dit «très confiant» pour 2024 au vu de la créativité et du dynamisme des équipes de ses 75 Maisons. Il a notamment vanté les atours de Louis Vuitton, Dior, Céline, Loewe, Loro Piana ou Tiffany.


Performance sur toute la ligne, donc. Mais pas seulement , le bâtisseur français , sacré dernièrement l’homme le plus riche du monde, a voulu se poser plus que jamais en patron engagé «Nous sommes un groupe performant et responsable», a-t-il lancé. Engagé pour «la transmission des savoir-faire d’excellence», engagé pour la société avec quelques 950 associations soutenues, engagé pour le développement durable et la biodiversité , conformément au plan Life 360 présenté en décembre à l’Unesco par Antoine Arnault, directeur Image et Environnement. 


Car il est convaincu que l’avenir du luxe ne pourra s’écrire sans le respect de la planète terre. Le sujet fait aussi partie de la désirabilité du groupe et de ses maisons pour les clients, les actionnaires mais aussi les 213 000 collaborateurs. Ceux-là même à qui il a adressé une véritable déclaration d’amour. «Quand vous rentrez chez LVMH , vous ne rentrez pas dans une société anonyme, mais dans une famille», a -t-il lancé, se montrant protecteur et quelque peu paternaliste, voulant de toute évidence promouvoir un côté plus humain et solidaire de la multinationale. 


A l’instar de cette initiative, le LVMH Heart fund, qui permet de venir en aide aux salariés confrontés à une situation personnelle grave en leur apportant une aide financière d’urgence. Mais en premier de cordée, le polytechnicien a aussi exhorté les équipes à garder l’esprit d’entreprise, assimilant «pas à une start up, mais presque» son groupe bâti sur l’audace entrepreneuriale et les valeurs familiales. Pour les y associer encore davantage, un plan d’actionnariat salarié particulièrement attractif est en cours de préparation.


Famille, le mot était plus que jamais à l’ordre du jour puisqu’à l’occasion de cette grand-messe, où le bras droit Tony Belloni, 23 ans de fidélité , a passé la main à Stéphane Bianchi, patron de la branche Montres et Joaillerie,  tout le clan Arnault était présent.


Alexandre, 31 ans, et Frédéric Arnault , 29 ans, entrent au conseil


Après l’intervention d’Antoine Arnault sur les engagements verts du groupe et sa participation comme partenaire premium aux JO Paris 2024, les nominations comme administrateurs de ses frères Alexandre, 31 ans, vice-président exécutif de Tiffany, et Frédéric, 29 ans, patron de la division Montres, ont été approuvées par les actionnaires à plus de 93 % des voix. Avec Delphine , PDG de Dior, et Antoine, également reconduit haut la main à l’AG, Bernard Arnault voit donc désormais quatre de ses cinq enfants siéger au conseil d’administration du groupe détenu à 48,6% du capital et 64,3% des voix par la famille.


Reste encore au benjamin Jean (comme le grand-père) à gagner ses galons. «Il a le temps, il est jeune», avait déclaré le PDG en janvier. A 25 ans, le cadet diplômé du MIT dirige déjà l’horlogerie Louis Vuitton, qu’il a repositionnée sur le haut de gamme avec succès. Pour preuve la très chic montre Tambour lancée en juillet dernier, qu’exhibait fièrement à son poignet Bernard Arnault lors de l’AG. «Il faut six mois pour arriver à l’avoir», a glissé non sans une certaine fierté le chef de famille de 75 ans . Être parvenu à intéresser ses cinq enfants au groupe qu’il a bâti est, sans conteste, l’autre réussite du roi du luxe.


Photo : Miguel Medina / AFP

Derniers articles

Le départ de Françoise Hardy ou le retour à la raison

Pierre Tarrade , un "patron" responsable et novateur pour les notaires parisiens

Cyrille Vigneron, mentor des femmes du monde à impact

Virginie Courtin, la force de la nature chez Clarins

Pierre Anjolras, futur visage du Cac 40

bottom of page