top of page

Elina Kousourna , l’efficacité et la fidélité récompensées chez Maje

22 mars 2023

Carole Bellemare

Photo : DR

Elle se voit confier la DG de l’enseigne de mode, après un parcours sans faute depuis son arrivée en 2015 dans le groupe SMCP.

"Avec 62% de femmes au comex, 55 % au conseil d’administration, une femme à la direction générale du groupe, nous sommes fiers d’être une entreprise dans laquelle les femmes peuvent exprimer tout leur potentiel",  soulignait  collectivement sur Instagram le comité exécutif du groupe SMCP, maison-mère des marques Sandro, MajeClaudie Pierlot et Fursac à  l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. Elina Kousourna, qui se voit confier la direction générale de l’enseigne de mode Maje, incarne on ne peut mieux la philosophie de la maison fondée par Evelyne Chetrite et Judith Milgrom, inspirant les 6500 collaborateurs .


Agée de 38 ans, cette franco-grecque estampillée Rising Talent au Women’s Forum en 2018  a effectué un parcours sans faute depuis son arrivée fin 2015. Un cru inoubliable pour elle puisque dans la foulée  le groupe était racheté par le chinois Shandong Ruyi et qu’elle venait de tomber enceinte. De quoi tester déjà la bienveillance du management et... sa détermination sans faille. Elina Kousourna allait s’imposer comme un talent incontournable de la maison et du patron d’alors, Daniel Lalonde.


D’abord directrice de la stratégie et du développement, cette brune aux yeux clairs, souriante et charismatique, a accompagné la maison dans sa forte expansion internationale mais aussi dans son introduction en bourse, vivant également les turbulences au niveau de l’actionnariat.  La native de Rhodes qui étudia le commerce à Athènes, enchaina avec un programme Erasmus à Dauphine  et plus tard avec un MBA à l’Insead entre Fontainebleau et Singapour,  a su faire profiter le groupe SMCP, aujourd’hui dirigé par Isabelle Guichot, de ses recettes forgées chez L’Oréal en Grèce, puis au Boston Consulting Group à Paris, côté practice consumer & detail. Elle adore la France mais rêve alors de concret et de renouer avec le produit. Servie chez SMCP, où depuis trois ans comme DG de Fursac elle s’est employée à déployer la marque Fursac avec le directeur artistique Gauthier Borsarello. Avec succès.


Aujourd’hui , elle remplace chez Maje Charlotte Tasset Ferrec, ex-patronne de Nina Ricci, qui elle-même avait repris le fauteuil d’Isabelle Guichot pour gérer la relance après-Covid. Pour la CEO du groupe de luxe accessible, la nomination d’Elina Koursouna illustre une valeur forte maison : "la promotion des talents et la mobilité interne (….). Elina devra continuer d’oeuvrer au service de nos priorités que sont la désirabilité, le développement responsable et la satisfaction client". 


De son côté, la nouvelle DG, qui reste au comex du groupe,  se dit : "ravie de rejoindre Maje à un moment clé de son histoire et d’accompagner la marque aux côtés d’une femme inspirante comme Judith [Milgrom]. Maje fête cette année ses 25 ans, le moment pour la marque d’affirmer davantage son identité nomade et moderne, et de renforcer sa présence à l’international.  Pour elle , "un nouveau chapitre passionnant" dans un groupe  à l’actionnariat clarifié et qui a retrouvé toute sa dynamique, comme le montre la bonne  progression des ventes l’an dernier.

Derniers articles

Le départ de Françoise Hardy ou le retour à la raison

Pierre Tarrade , un "patron" responsable et novateur pour les notaires parisiens

Cyrille Vigneron, mentor des femmes du monde à impact

Virginie Courtin, la force de la nature chez Clarins

Pierre Anjolras, futur visage du Cac 40

bottom of page