top of page

Dominique Bazy, de la banque d’affaires à la philanthropie

20 juin 2023

Carole Bellemare

Photo : DR

Nouveau président de la Fondation Arc, il prime la recherche sur le cancer au Parlement européen

Que les meilleurs chercheurs en cancérologie soient primés au sein même du Parlement européen était en soi, pour Dominique Bazy, tout un symbole. Celui de l’union sacrée entre chercheurs de différents pays pour lutter toujours plus efficacement contre le cancer. 


Pour la première fois depuis qu’il a pris la présidence de la Fondation Arc, l’ancien banquier d’affaires, aujourd’hui à la tête de sa société de conseil Barber Hauler, a donc remis à Strasbourg, en présence des députés concernés, le prestigieux prix maison Léopold Griffuel et le 1er Grand prix Oberling-Haguenau. Une édition dédiée aux progrès majeurs sur les cancers du sein, sur les aspects biologiques et génétiques, mais aussi sociétaux, avec la question du retour au travail après un cancer.


Le prix Fondation Arc Leopold Griffuel, premier prix de recherche en cancérologie en Europe, doté de 300 000 euros, doit son nom à un couple de philanthropes qui léguérent à la fondation dans les années 60 leurs deux immeubles parisiens. Les loyers permettent de financer la dotation, avec 62 chercheurs d’une dizaine de pays primés depuis.


Cette année, le prix est revenu à la Pr Sarah- Maria Fendt , du VIB-KU Center de Leuven (Belgique) et au Pr Carlos Caldas , du Cancer research Uk Cambridge Institute ( Royaume-Uni). Ils recevront chacun 150 000 euros . De son côté, le 1er grand prix Oberling-Haguenau, doté aussi de 150 000 euros, a été décerné à la Dr Gwenn Menvielle, épidémiologiste, pour son travail sur les difficultés de retour au travail des femmes après leur cancer.


«Des dotations conséquentes pour permettre aux lauréats d’approfondir un axe de recherche prometteur et de faire levier pour accélérer un programme de recherche », se félicite le président de la fondation. Qui note: « nous sommes dans un système de concurrence, nous finançons nos concurrents ». Pour la bonne cause. 


S’il a repris en novembre le flambeau que lui a transmis son ami Claude Tendil, ex-figure de l’assurance, Dominique Bazy connaissait déjà intimement les arcanes de la maison où s’engagèrent aussi d’autres pointures comme Michel Lucas, Jacques Raynaud ou Michel Pébereau


L’énarque, ex-Crédit Lyonnais, UAP, Allianz et UBS, fut enrôlé en 2013 dans le comité d’audit dont il prit la présidence quatre ans plus tard. La rigueur, la finance... Dominique Bazy fit d’emblée autorité au sein de l’organisme marqué dans les années 90 par les malversations du président-fondateur Jacques Crozemarie . C’est pour rompre avec cette ère que l’Arc fut par la suite rebaptisé Fondation Arc. L’affaire a néanmoins laissé des traces, d’où l’obsession de Dominique Bazy « d’appliquer de bonnes pratiques de gouvernance. Il peut toujours y avoir des dérapages. Il est important d’avoir des éléments de contrôle. »


La fondation Arc, reconnue d’utilité publique ne fonctionne qu’avec les dons ( 200 000 donateurs, 41 millions de collecte) et est la seule fondation exclusivement dédiée à la recherche sur le cancer. Dominique Bazy se félicite de l’impulsion donnée par le président Macron qui « a mis beaucoup d’argent » dans ce domaine, et d’être un partenaire privilégié de l’Institut national du Cancer, comme de Gustave Roussy, entre autres. La fondation s’est associée à la campagne de sensibilisation lancée le 5 juin par le centre de Villejuif avec TFI, et Dominique Bazy salue aussi l’implication d’Arthur Sadoun (Publicis), lui-même guéri d’un cancer, pour soutenir les salariés touchés dans les entreprises. 


S’il se félicite des progrès des dernières années, il pointe néanmoins les cas de cancers de plus nombreux avec le vieillissement de la population. Il faut donc plus que jamais continuer à se mobiliser pour la recherche. Celui qui a conseillé la SNCF dans sa réforme de 2020, entend s’inscrire dans la continuité à la tête de la Fondation Arc tout en apportant un souffle nouveau (nouveau vice-président, nouveaux administrateurs, nouveaux ambassadeurs au côté de l’animateur Denis Brogniart.) « Je souhaite mettre l’accent sur la notoriété et sur la collecte », confie cet homme d’influence qui entend ainsi « organiser la suite et se focaliser sur notre raison d’être ».


Son engagement le comble. Car après avoir oeuvré dans nombre de conseils d’administration, il estime important de « ne pas avoir comme seule préoccupation son objet professionnel ». Elargir son champ et se rendre utile donc...

Derniers articles

Le départ de Françoise Hardy ou le retour à la raison

Pierre Tarrade , un "patron" responsable et novateur pour les notaires parisiens

Cyrille Vigneron, mentor des femmes du monde à impact

Virginie Courtin, la force de la nature chez Clarins

Pierre Anjolras, futur visage du Cac 40

bottom of page