top of page

Nicolas de Tavernost et Thomas Valentin, apôtres de la réinsertion des détenus

8 février 2024

Carole Bellemare

Photo : DR

La Fondation du Groupe M6 veut évangéliser le monde de l’entreprise.

Comme chaque année, le Groupe M6 a ouvert les locaux de son siège de Neuilly-sur-Seine à d’anciens détenus et aux associations qui les soutiennent pour une journée découverte de l’entreprise. Temps fort et initiative que la fondation du groupe de Nicolas de Tavernost, présidée par Thomas Valentin, conseiller du président pour les contenus, perpétue avec succès depuis 2021 .


Son principe : permettre aux personnes sorties de prison et à la recherche d’emploi de rencontrer des collaborateurs qui vont les accompagner et les aider à prendre confiance en eux à travers des échanges et des ateliers. Avec comme premier terrain de jeux pour débuter la journée , la scène de l’amphithéâtre de M6 où les candidats à la réinsertion ont dévoilé leurs goûts et aspirations en binômes avec leurs coachs, sur fond d’esprit de bienveillance.


Visite des lieux emblématiques, simulations d’entretiens et conseil RH pour optimiser la présentation de leur parcours et leur projet professionnel : peu à peu, au fil de cette journée découverte, les anciens détenus gagnent en assurance et apprennent comment évoluer pour s’approprier les codes du milieu professionnel, se transformer en futurs candidats afin d'accéder à l’emploi.


Réinsertion par le travail


Au fil de huit éditions, ce sont 57 anciens détenus qui ont été accueillis par 55 collaborateurs, avec un bilan encourageant puisque la moitié des participants a retrouvé un job dans les semaines qui ont suivi leur participation à ces journées. Une vingtaine d’entre eux ont intégré le Groupe M6. « Pour les équipes, c’est une satisfaction énorme de voir ces personnes se transformer, retrouver le droit chemin et reprendre une vie normale », s’enthousiasme Thomas Valentin. « Accompagner et permettre la réinsertion par le travail est le meilleur moyen de ne pas récidiver. On démontre que c’est possible et on veut mieux faire connaitre cette action ». Six anciens détenus sur dix en moyenne récidivent dans les cinq ans qui suivent leur sortie de prison.


Fidèle de la première heure, le bras droit historique de Nicolas de Tavernost qui a pris l’an dernier la présidence de la fondation est très imprégné du sujet. Il souhaite accélérer et essaimer ces modules d’intégration auprès d’autres entreprises. Le concept de la journée découverte, qui a reçu en juin le Prix de la responsabilité des médias, a été conçu pour pouvoir s’adapter à tous types d’entreprises. Le groupe Up - anciennement groupe Chèque Déjeuner - l’a déjà adopté.


Cette initiative s’inscrit dans une action plus large de la fondation M6 en faveur de la réinsertion en milieu carcéral et des personnes en fin de peine. Lorsqu’il s’est agi de créer la fondation y a 14 ans, le groupe audiovisuel, qui souhaitait se concentrer sur une seule cause pour être plus efficace, a choisi cet axe sous l’impulsion de Nicolas de Tavernost, lui-même. Une initiative qui a un peu surpris, alors.  «En créant une fondation dédiée au sujet carcéral , j’ai souhaité engager le Groupe M6 sur un enjeu de société délaissé mais pourtant majeur : une prison sans réinsertion est préjudiciable à la société toute entière. C’est sur cette conviction que l’impulsion a été donnée et que nous sous sommes forgés une place inédite dans l’écosystème pénitentiaire », fait valoir aujourd’hui le patron de M6 qui a incité tous les membres du directoire à visiter les prisons.


Formation en boulangerie et concours d'écriture


Dotée d’un budget annuel de 500 000 euros, la fondation dirigée par Isabelle Verrecchia, directrice de l’engagement du groupe, travaille ainsi main dans la main avec l’administration pénitentiaire et les associations. Elle soutient des projets comme le développement de formations en boulangerie ou le reconditionnement de jouets en prison, qui peuvent être étendus à d’autres sites. Elle a aussi lancé en 2016 un concours national d’écriture en détention et récompense les initiatives de détenus en faveur de l’environnement. Remettre en orbite et apprendre un métier utile...


Il y a cinq ans, la déléguée générale a aussi collaboré avec l’Institut Montaigne pour la publication d’un rapport très documenté sur le travail en prison, fruit des différentes expériences. L’administration pénitentiaire s’est appuyée sur ce rapport pour imaginer un nouveau modèle de prison, baptisé Inserre adapté aux détenus aptes à la réinsertion. Une première prison nouvelle génération ouvrira l’an prochain près d’Arras. Pour Isabelle Verrecchia , c’est « une illustration intéressante de la conciliation des trois mondes – administration pénitentiaire, associations et entreprises – entre lesquels on peut créer des passerelles ».


L’enjeu aujourd’hui est considérable , sur fond de surpopulation carcérale, comme le souligne Thomas Valentin, car « investir dans la réinsertion, c’est améliorer le problème de la sécurité ».  Depuis sa création, la fondation M6 a soutenu, à hauteur de plus de six millions d’euros, plus de 200 actions portées par 120 associations.


Photo : Thomas Valentin, président de la fondation d'entreprise du Groupe M6, lors des journées de découverte de l’entreprise (crédit Jean Theuil - M6)

Derniers articles

Le départ de Françoise Hardy ou le retour à la raison

Pierre Tarrade , un "patron" responsable et novateur pour les notaires parisiens

Cyrille Vigneron, mentor des femmes du monde à impact

Virginie Courtin, la force de la nature chez Clarins

Pierre Anjolras, futur visage du Cac 40

bottom of page